Ravages de chevreuils et activités minières?

image100

 8 mars 2019 - Grenville-sur-la-Rouge

Les ravages de chevreuil non perturbés sont essentiels au rétablissement de la population décimée

En août 2018, la maladie débilitante chronique (MDC) a été découverte dans une ferme de cerfs rouges dans la municipalité de Grenville-sur-la-Rouge. Cela a résulté en une importante campagne, parrainée par le gouvernement, visant à tuer autant de cerfs de Virginie que possible dans la ZIC (Zone d'Interventions Contrôlées). Ceci a eu cours afin de tester la contamination potentielle des cerfs sauvages et de réduire la densité autour de la ferme contaminée, évitant ainsi la propagation de la maladie dans la population sauvage. Cela a entraîné une énorme élimination des troupeaux de cerfs locaux qui prendront des années à se rétablir (1 200 cerfs avaient été abattus au 10 décembre 2018).


En raison de cette situation désastreuse, la préservation et l'amélioration des facteurs environnementaux influant sur la survie du cerf sont d'une importance vitale pour un rétablissement rapide. Le maintien et la qualité des ravages des cerfs dans et autour de la zone touchée revêtent une importance particulière, étant donné qu'au Québec, ces zones constituent un habitat essentiel pour le cerf de Virginie vivant à la limite nord de son aire de répartition.

Les ravages de cerfs de Virginie

 En hiver, les cerfs dans le nord se concentrent généralement dans des ravages offrant à la fois une couverture forestière et des éléments de terre offrant un abri contre les vents et la neige profonde. Ces concentrations plus élevées de cerfs entraînent la mise en place d'un réseau de pistes et des sentiers permettant de réduire davantage les coûts énergétiques, d'accroître l'accès aux sources de nourriture et de réduire la prédation en fournissant des voies d'évacuation. Les cerfs peuvent parcourir jusqu'à 20 km pour atteindre leur habitat d'hiver, mais une fois là-bas, ils se déplacent rarement à plus de 1 km. La survie en hiver est un équilibre très complexe qui implique de nombreux facteurs, y compris la sévérité des conditions météorologiques, les réserves de graisse, la qualité de nourriture, la disponibilité des aliments, les ajustements physiologiques, l'activité des prédateurs et plus encore. C'est également la période qui détermine si la gestation produira des faons sains et viables au printemps.

  

La population locale de cerfs représente une présence écologique et économique importante

dans la région. Il existe plusieurs ravages de cerfs de Virginie dans la municipalité de GSLR.

Les deux plus grands, le Ravage de Calumet et le Ravage de Pointe-au-Chêne, sont contigus et

chevauchent la ZIC où le nombre de cerfs a été réduit de manière sévère. 

Les activités minières pourraient-elles avoir un impact négatif?

 Les perturbations humaines, notamment le développement industriel, les transports et

l’extraction de ressources peuvent avoir des effets néfastes sur la faune. Des méta-études ont

montré que les réseaux routiers étendus, le trafic accru et les perturbations humaines peuvent

augmenter le nombre de collisions d'animaux, modifier les relations prédateur-proie et influer

sur la manière dont l'habitat est utilisé. On sait depuis longtemps que les cerfs de virginie

doivent être le moins dérangés possible en hiver et que tout harcèlement ou perturbation va à

l'encontre de leurs adaptations physiologiques et comportementales à long terme.

  

Le Ravage de Pointe-au-Chêne chevauche également le site de la mine Miller proposée par Canada Carbon

et le chemin Scotch. Il ne fait aucun doute que l'exploitation à grande échelle de la zone créera

des perturbations importantes en termes de bruit, d'équipement lourd, de volume de trafic et

d'altération de l'habitat sur une longue période (plus de 10 ans).


La création d'une nouvelle mine et d’une carrière avec tout ce que cela implique semble

déconseillée à un moment où la reprise de la population dépend du repeuplement des zones

situées à la périphérie de la ZIC. Enfin, une fois la crise de la MDC résolue, il conviendrait de

mener des études et de mettre en place de nouvelles politiques de conservation afin d'assurer

le rétablissement et la viabilité de cette espèce clé dans notre région.


 C. Robinson, DEC (Tech. en gestion de l'environnement et de la faune), BSc, MSc (Biologie de la Faune)


  https://mffp.gouv.qc.ca/poursuite-operations-surveillance-controle-2018-11-20/

Undisturbed Winter Deer Yards and mining activities?

image101

8 March 2019 - Grenville-sur-la-Rouge

Undisturbed Winter Deer Yards are Critical to the Recovery of Decimated Whitetail Population

 In August of 2018, the discovery of chronic wasting disease (CWD) was made on a red

deer farm in the municipality of GSLR. This resulted in a major, government sponsored

campaign to kill as many white-tailed deer as possible in the ZIC (Zone d’interventions

contrôlées); an action carried out in order to test for potential contamination of the wild deer and

to decrease the density around the contaminated farm, thus avoiding the spread of the disease

into the wild population. It has resulted in a huge decimation of local deer herds which will take

years to recover.(1,200 deer have been killed as of Dec 10, 2018).


As a result of this dismal situation, the preservation and improvement of environmental

factors influencing deer survival are of vital importance for a timely recovery. The maintenance

and quality of winter deer yards in and around the affected area are of particular significance,

since in Quebec, these areas constitute critical habitat for white-tailed deer living at the northern

limit of their range.

Undisturbed Winter Whitetail Deer Yards

In winter, deer in the north typically concentrate in deer yards that provide a combination

of forest cover, and land features which provide shelter from winds and deep snow. These

higher concentrations of deer result in the establishment of a network of trails and runways that;

further help reduce energy costs, increase access to food sources and reduce predation by

providing escape routes. Deer may travel as far as 20 km to reach their winter habitat but once

there, they rarely move further than 1km. Survival over the winter period is a very complex

balance involving many factors; including weather severity, fat stores, food quality, food

availability, physiological adjustments, predator activity and more. It is also the period that

determines whether gestating does will produce healthy and viable fawns in the spring.

  

The local deer population represent an important ecological and economic presence in the

area. Several deer yards exist within the GSLR municipality, the two largest, Ravage de

Calumet and Ravage de Pointe-au-Chêne are contiguous and overlap the ZIC where deer

numbers have been severely reduced.  

Could Mining Activities have a Negative Impact?

Human disturbances, including industrial development, transportation, and resource

extraction can have damaging effects on wildlife. Meta studies have shown that extended road

networks, elevated vehicle traffic and human perturbation can increase the number of animal

collisions, alter predator-prey relationships and influence the way in which habitat is used. It

has long been understood that deer should remain as undisturbed as possible in the winter and

that any harassment or disturbance is counter to their long term physiological and behavioural

adaptations.


The Ravage de Pointe-au-Chene also overlaps Canada Carbon’s proposed Miller Mine site and the Scotch Road. There is no doubt that the full scale exploitation of the area will create significant disturbance in terms of noise, heavy equipment, traffic volume and habitat alteration over a long period of time (more than 10 years). 


The creation of a new mine and a quarry with all that this entails seems inadvisable at a time when recovery of the population is dependant on repopulation from areas in the periphery of the

ZIC. Finally, once the CWD crisis has been resolved, studies should be conducted and new

conservation policies established to assure the ongoing recovery and viability of this keystone

species in our region .


C. Robinson, DEC (Environmental and Wildlife Management Tech), BSc, MSc (Wildlife Biology)

    

 https://mffp.gouv.qc.ca/la-faune/securite-sante-maladies/maladie-debilitante-chronique-cervides/