Qui sommes-nous ?

SOS GSLR (Grenville-Sur-La-Rouge)

  

SOS GSLR est un comité représentant des centaines de citoyens francophones et anglophones vivant sur le grand territoire de Grenville-sur-la-Rouge, une région magnifique des Basses-Laurentides, à mi-chemin entre Montréal et Ottawa, non encore envahie par la spéculation immobilière, un paradis pour le rafting sur la rivière Rouge et les activités de plein air. Une place où les communautés sont actives pour préserver la qualité de vie de leur milieu. 

SOS GSLR s’oppose à la venue d’un projet minier d’une carrière de marbre et d’une mine de graphite à ciel ouvert prévues dans sa municipalité à proximité (±1000 mètres) d’une colonie de vacances pour enfants défavorisés, le camp Amy Molson, et d’un milieu habité depuis des générations. Ce milieu abrite un refuge de cerfs, une héronnière, des milieux humides, des étangs vernaux, une érablière, des forêts et la rivière du Calumet qui se déverse dans la rivière des Outaouais à quelques kilomètres en aval.

Un projet minier inquiétant

  

Depuis février 2017, un groupe de citoyens inquiets s'est mobilisé pour comprendre les tenants et aboutissants de ce projet d’exploitation minière à ciel ouvert. Ces citoyens sont très inquiets par les impacts du projet sur la faune et la flore exceptionnelle de Grenville-sur-la-Rouge. En effet, ce projet minier va à l’encontre de l’exercice citoyen de réflexion territoriale de la municipalité établi en 2015 et qui veut orienter son développement vers le récréotourisme et la préservation de ses habitats naturels et des activités rurales. Les citoyens veulent empêcher la réalisation de ce projet au bénéfice d’une compagnie minière de Colombie-Britannique qui voudrait détruire la surface pour s’accaparer des ressources souterraines pour des fins d’utilisation militaire et nucléaire!! 


Les obstacles rencontrés


Les citoyens n'ont eu connaissance du projet minier que le 13 décembre 2016. Les multiples niveaux décisionnels, la réglementation applicable, l’absence d’adéquation entre le développement économique et la valeur de l’environnement écologique sont parmi les principaux obstacles qui se dressent devant les opposants au projet. S'ajoute à cela une poursuite de $96M de la compagnie Canada Carbon inc. contre notre municipalité un an plus tard et cela, après seulement une seule activité portes ouvertes pour informer la population. 

Le quart de la superficie de la municipalité est couverte par des claims de cette compagnie et d’autres endroits prometteurs ont été identifiés sur son territoire. Afin de préserver son environnement, la mobilisation citoyenne s’active depuis ce temps. Manifestations publiques, sensibilisation des médias, construction d'un site internet d’information SOSGSLR.ca et des rencontres avec les politiciens font partie des moyens mis de l'avant pour faire avancer la cause.

Les impacts concrets du projet en termes de santé humaine et environnementale

  Les principaux enjeux concernant la préservation du milieu naturel existant sont: éviter le bruit, les risques de contamination des rivières et des eaux souterraines par les eaux de surface et par le bassin des résidus issus du nettoyage du graphite, la poussière générée par l’érosion éolienne dans des fosses de plus de 100 mètres de profondeur, l'impact du pompage important de l’eau dans un aquifère de quantité inconnue!! une circulation accrue de camions lourds dans un chemin de campagne inapproprié et sinueux et le développement progressif obligé du site minier actuellement proposé, nécessaire pour une exploitation rentable (rolling resource approach). 


Manque d’acceptabilité …une escalade…une poursuite…


Si ce projet de mine à ciel ouvert va de l’avant, il créera un précédent pour toutes les autres municipalités habitées. Une poursuite faramineuse contre une municipalité n’est pas seulement dommageable pour la municipalité visée, elle est dommageable pour tous les Québécois(es) qui devront tôt au tard en assumer les coûts, au bénéfice de qui???