Qui sommes-nous ?

SOS GSLR (Grenville-Sur-La-Rouge)

image42

  

SOS GSLR est un comité représentant des centaines de citoyens francophones et anglophones vivant sur le grand territoire de Grenville-sur-la-Rouge, une région magnifique des Basses-Laurentides, à mi-chemin entre Montréal et Ottawa, non encore envahie par la spéculation immobilière, un paradis pour le rafting sur la rivière Rouge et les activités de plein air. Une place où les communautés sont actives pour préserver la qualité de vie de leur milieu. 

SOS GSLR s’oppose à la venue d’un projet minier d’une carrière de marbre et d’une mine de graphite à ciel ouvert prévues dans sa municipalité à proximité (±1000 mètres) d’une colonie de vacances pour enfants défavorisés, le camp Amy Molson, et d’un milieu habité depuis des générations. Ce milieu abrite un refuge de cerfs, une héronnière, des milieux humides, des étangs vernaux, une érablière, des forêts et la rivière du Calumet qui se déverse dans la rivière des Outaouais à quelques kilomètres en aval.

Un projet minier inquiétant

image43

  

Depuis février 2017, un groupe de citoyens inquiets s'est mobilisé pour comprendre les tenants et aboutissants de ce projet d’exploitation minière à ciel ouvert. Ces citoyens sont très inquiets par les impacts du projet sur la faune et la flore exceptionnelle de Grenville-sur-la-Rouge. En effet, ce projet minier va à l’encontre de l’exercice citoyen de réflexion territoriale de la municipalité établi en 2015 et qui veut orienter son développement vers le récréotourisme et la préservation de ses habitats naturels et des activités rurales. Les citoyens veulent empêcher la réalisation de ce projet au bénéfice d’une compagnie minière de Colombie-Britannique qui voudrait détruire la surface pour s’accaparer des ressources souterraines pour des fins d’utilisation militaire et nucléaire!! 


Les obstacles rencontrés


Les citoyens n'ont eu connaissance du projet minier que le 13 décembre 2016. Les multiples niveaux décisionnels, la réglementation applicable, l’absence d’adéquation entre le développement économique et la valeur de l’environnement écologique sont parmi les principaux obstacles qui se dressent devant les opposants au projet. S'ajoute à cela une poursuite de $96M de la compagnie Canada Carbon inc. contre notre municipalité un an plus tard et cela, après seulement une seule activité portes ouvertes pour informer la population. 

Le quart de la superficie de la municipalité est couverte par des claims de cette compagnie et d’autres endroits prometteurs ont été identifiés sur son territoire. Afin de préserver son environnement, la mobilisation citoyenne s’active depuis ce temps. Manifestations publiques, sensibilisation des médias, construction d'un site internet d’information SOSGSLR.ca et des rencontres avec les politiciens font partie des moyens mis de l'avant pour faire avancer la cause.

Les impacts concrets du projet en termes de santé humaine et environnementale

image44

  Les principaux enjeux concernant la préservation du milieu naturel existant sont: éviter le bruit, les risques de contamination des rivières et des eaux souterraines par les eaux de surface et par le bassin des résidus issus du nettoyage du graphite, la poussière générée par l’érosion éolienne dans des fosses de plus de 100 mètres de profondeur, l'impact du pompage important de l’eau dans un aquifère de quantité inconnue!! une circulation accrue de camions lourds dans un chemin de campagne inapproprié et sinueux et le développement progressif obligé du site minier actuellement proposé, nécessaire pour une exploitation rentable (rolling resource approach). 


Manque d’acceptabilité …une escalade…une poursuite…


Si ce projet de mine à ciel ouvert va de l’avant, il créera un précédent pour toutes les autres municipalités habitées. Une poursuite faramineuse contre une municipalité n’est pas seulement dommageable pour la municipalité visée, elle est dommageable pour tous les Québécois(es) qui devront tôt au tard en assumer les coûts, au bénéfice de qui??? 

Who are WE ?

SOS GSLR (Grenville-Sur-La-Rouge)

image45

 SOS GSLR is a committee representing hundreds of French and English-speaking citizens living in the greater Grenville-sur-la-Rouge area. This beautiful region of the Lower Laurentians is situated midway between Montreal and Ottawa and is not yet invaded by speculative real estate. GSLR is a paradise for outdoor activities, including rafting on the Rouge River, and is an area where the united communities are passionate about preserving the quality of life and their environment.
  
SOS GSLR opposes the proposal of a mining project, a marble quarry, and an open pit graphite mine in its municipality. The suggested site would be located approximately 1000 meters from a summer camp for 150 underprivileged children, Camp Amy Molson, established in 1944, and several vacation and permanent homes that have been enjoyed for generations . This habitat is home to a deer sanctuary, a heronry, wetlands, vernal ponds, maple shacks, forests and the Calumet River which flows into the Ottawa River a few kilometers downstream. 

A disturbing mining project

image46

Since February 2017, our group of concerned citizens have been working together to understand the ins and outs of this open pit mining project. We are very concerned about the impacts of the project on the exceptional flora and fauna of Grenville-sur-la-Rouge. In fact, this mining project goes against the municipal citizen's exercise of territorial reflection established in 2015 whose purpose is to orient development towards recreational tourism and the preservation of our natural habitats and rural activities. The citizens want to prevent this project from happening for the benefit of a mining company in British Columbia that wants to destroy the surface to grab underground resources for military and nuclear purposes!!


 Obstacles encountered

  

The citizens of GSLR were not aware of the mining project until December 13th, 2016. The multiple levels of decision-making, the applicable regulations, and the lack of harmonization between economic development and the value of the ecological environment are among the main obstacles that stand before the opponents of this project. Add to this a $ 96 million-dollar lawsuit from Canada Carbon Inc. against our municipality a year later and all this, after presenting only one open house activity to inform the population of the project in hand.
 

One quarter of the municipality's area is presently covered by claims owned by Carbon Canada and other promising locations have been identified on these territories.

In order to preserve our environment, citizen mobilization has been active! Public events, media outreach, the building of this information website “SOSGSLR.CA” and meetings with politicians are some of the steps we have taken to advance the cause.

 

The concrete impacts of the project in terms of human and environmental health

image47

The main issues concerning the preservation of the existing natural environment are: noise pollution; the risk of river and groundwater contamination by surface water and the residual pools resulting from the cleaning of graphite; the dust generated by erosion from work pits of more than 100 meters deep; the impact of forcefully pumping water in an aquifer of unknown amounts; an increased circulation of heavy trucks on an unsuitable and winding country road; and the continued development required for the currently proposed mining site, necessary for a rolling resource approach.

Lack of acceptability ... an escalation ... a pursuit ...
 

If this open pit project moves forward, it will set a precedent for all other inhabited municipalities. A tremendous lawsuit against a municipality is not only harmful for the municipality concerned, it is harmful for all Quebecers who will sooner or later have to bear the costs, and for whose benefit ???